Concert de musique profane - Hans Burgkmair circle of

Concert de musique profane

Hans BURGKMAIR CIRCLE OF
(Augsbourg 1473 - id. 1531)

une paire, huiles sur panneau
H. 0,18 m ; L. 0,28 m

Date : vers 1530

Provenance : Collection John Appleby

Hans Burgkmair l’ancien était peintre et graveur sur bois, l’un des premiers artistes allemands à être influencé de la Renaissance italienne. Environ 700 gravures sur bois lui sont attribuées, dont 135 célébrant les Triomphes de l'Empereur Maximilian Ier. Ses œuvres incluent certaines des premières gravures sur bois de clair-obscur, imprimées à l’aide de deux ou plusieurs blocs encrés de tons différents pour donner les gradations d’ombre et de lumière.
Dans le sud-ouest de la Bavière, Augsbourg a connu son âge d'or au XVe et XVIe siècles, grâce au développement de l’activité bancaire et à l’industrie métallurgique développée par des familles commerçantes. La puissance financière des familles Fugger et Welser a transformé la ville en foyer artistique foisonnant, où travaillaient à part Burgkmair, Hans Holbein l’ancien et le jeune.

Nos deux panneaux sont plutôt de petite taille et pourraient éventuellement avoir servi à décorer un instrument de musique. En effet, les deux montrent de fines encoches sur leur verso.
L’artiste a traité les figures dans des tons dorés sur fond sombre, décrivant avec précision les instruments de musique, les vêtements des musiciens et leurs gestes. Absorbées de leur musique, ces figures nous séduisent par leurs élégantes allures et vêtements somptueux. Certains des instruments et surtout les habits des musiciens sont sans aucun doute d'origine allemande.
Les vêtements des musiciens correspondent exactement à la mode de l'Allemagne du Sud dans la première moitié du XVIe siècle. Pour les hommes, cette mode comprenait des manteaux volumineux aux épaules larges et une multitude de soufflets sur les manches, le pantalon et la toge. Ces soufflets laissaient apparaître des doublures en couleurs vives. Les chapeaux plats et les chaussures particulièrement larges, appelées Kuhmaulschuhe, sont un autre aspect de cette mode.

Le premier panneau montre une composition en frise de plusieurs chanteurs et musiciens tournés vers la droite. Les instruments, un cornet à bouquin et une sacqueboute, étaient couramment utilisés pour accompagner un chœur d’église. Comme les musiciens se tiennent devant un pupitre, il se peut que la scène se déroule dans une église.
Méconnu de nos jours, le cornet à bouquin était, du XVe au milieu du XVIIe siècle, parmi les instruments de musique les plus importants. Il avait la réputation d’imiter la voix humaine. Son embouchure était positionnée latéralement sur les lèvres, dans le coin de la bouche. Le type représenté ici est un cornet droit, utilisé surtout avant 1550 et particulièrement en Allemagne.
La sacqueboute était l’ancêtre du trombone. On retrouve cet instrument dans des gravures dès le XVe siècle, et sa période d’utilisation maximale se situe entre le XVIe et le milieu du XVIIe siècle, principalement en Italie du Nord et en Allemagne.

Le deuxième panneau montre une scène de concert avec trois violes et un petit orgue portable, appelé régale. Le régale était très en vogue en Allemagne, France et Espagne du XIVe au XVIe siècle. Pour être joué, il était normalement placé sur une table et une deuxième personne devait se tenir derrière l'instrument et pomper les deux soufflets. Les instruments à cordes sont des violes da gamba dans deux ou trois tailles, comme elles apparaissent dans les traités de Sebastian Virdung, Musica getutscht (1511) et encore dans Musica instrumentalis deudsch (1528-1529) de Marin Agricula.

Mentions légales
Andlauer Hof | Münsterplatz 17 | 4051 Basel | Suisse | Tél +41 61 681 35 35 | Fax +41 61 681 75 70