Cimon découvrant Iphigénie - Cornelis van Poelenburgh

Cimon découvrant Iphigénie

Cornelis van POELENBURGH
(Utrecht 1593 - id. 1667)

Huile sur panneau de bois
H. 0,26 m ; L. 0,33 m
Monogrammé au centre sur la falaise : C P.

Date : vers 1650

Provenance : Collection Lucien Solanet, Paris

Œuvres en rapport : Poelenburgh a traité ce sujet au moins quatre fois, voir : Nicolette Cathérine Sluijter-Seijffert, Cornelis van Poelenburgh (ca. 1593-1667), thèse de doctorat, Rijksuniversiteit Leiden, Leiden, 1984, p. 227, no. 35-38. Une version se trouve au musée d’Art et d’Histoire, Génève [No. d’inv. CR-125], voir cat. exp. Im Lichte Hollands. Holländische Malerei des 17. Jahrhunderts aus den Sammlungen des Fürsten von Liechtenstein und aus Schweizer Besitz, musée des Beaux-Arts de Bâle, Zurich, 1987, p. 196.

Cornelis van Poelenburgh est un représentant majeur de la peinture de paysage hollandaise italianisante. Il s’est formé auprès du maniériste Abraham Bloemaert (1566-1651) à Utrecht, mais ses années à Rome, de 1617 à 1625, furent plus décisives encore pour son développement artistique. Membre du schildersbent, groupe de peintres néerlandais de Rome, il portait le surnom "le Satyre". Poelenburgh copiait les paysages italianisants de l'artiste allemand Adam Elsheimer. Après ses années à Rome, Poelenburgh travailla quelque temps à Florence pour le Grand Duc de Toscane. A son retour d'Italie, il devint l’un des artistes majeurs d'Utrecht. Suite à l'invitation du roi, Poelenburgh travailla en Angleterre de 1638 à 1641. Il passa le reste de sa carrière artistique à Utrecht où il maintint un atelier très fécond. Notre tableau date probablement de cette période de sa carrière.

Poelenburgh a peint quelques tableaux d'histoire, mais sa réputation, depuis 1620, repose sur les paysages lisses comme de l'émail, montrant souvent des ruines romantiques et des fragments de statuaires. Il a été parmi les premiers artistes à rendre d'une façon convaincante la lumière et l’atmosphère de l’Italie. On a tant admiré ses figures, fortement détaillées, qu’il en faisait aussi dans les œuvres d'autres artistes. Les carrières de beaucoup de suiveurs de Poelenburgh se sont déroulées jusque dans les années 1700.

Notre tableau montre Cimon découvrant Iphigénie et ses deux compagnes endormies, un sujet tiré du Décaméron de Boccace (5ème journée, 1ère nouvelle). C’est une histoire d’amour édifiante d’un jeune homme qui était beau mais si grossier et si peu éduqué que le peuple de Chypre l'appelait Cimon, ce qui signifie « la brute ». La stupidité de Cimon perturbait tellement son père qu’il envoya le garçon vivre à la campagne. Un jour, Cimon surpris Iphigénie endormie et sa beauté bouleversa complètement sa vie. Les effets de cet amour firent des prodiges et le transformèrent en homme instruit et gracieux, il finit par l'épouser.



Mentions légales
Andlauer Hof | Münsterplatz 17 | 4051 Basel | Suisse | Tél +41 61 681 35 35 | Fax +41 61 681 75 70