Esclave au Caire - Jean-Léon Gerome

Esclave au Caire

Jean-Léon GEROME
(Vesoul 1824 - Paris 1904)

Huile sur toile
H. 0,48 m ; L. 0,38 m
Signée à droite au centre : J. L GEROME.

Date : 1872

Bibliographie : Gerald M. Ackerman, Jean-Léon Gérôme. Monographie et Catalogue raisonné, Paris, ACR Edition, 1992, p. 232, n° 223.

Œuvres en rapport : Jean-Léon Gérôme, A vendre, Esclaves au Caire, huile sur toile, H. 2,14 m ; L. 1,42 m., signée en bas à gauche, 1873, Musée de Roubaix.

Gérôme intègre à l’âge de seize ans l’atelier du peintre d’histoire Paul Delaroche, alors au faîte de sa renommée, et dont les principes marquent durablement l’œuvre du jeune artiste. Il complète sa formation par un voyage en Italie, avant de suivre l’enseignement de Charles Gleyre, figure majeure de l’art pompier. En 1847, Gérôme remporte un vif succès au Salon grâce à son tableau de style néo-grec, Jeunes Grecs faisant battre des coqs dit aussi Un combat de coqs (Paris, Musée d’Orsay), et qui lui valut de remporter une médaille de troisième classe, augurant des nombreux honneurs de sa carrière future.

Dès 1853 Gérôme entreprit de nombreux voyages, et c’est en 1856 qu’il découvre l’Egypte. Fasciné par l’Orient, il y retourne en 1862, 1868, 1869, 1871, 1874 et 1880. Le développement de la photographie lui permet de constituer un fond de vues. « Aussi n’est ce pas de ce côté que Gérôme a dirigé son travail : ses fortes études de peintre d’histoire, son talent de dessinateur, fin, élégant, exact et cependant plein de style, un sentiment particulier que nous appellerions volontiers ethnographique […] le rendaient propre plus que tout autre à rendre ce simple détail qu’ont négligé jusqu’ici, pour le paysage, le monument et la couleur, les explorateurs modernes de l’Orient, - l’homme ! » (Théophile Gautier, « Gérôme, tableaux, études et croquis de voyages », L’Artiste, vol. 3, 1856, p. 23.)

Les qualités d’observateur de Gérôme se retrouvent dans les scènes de genre égyptiennes que lui ont inspiré la vie quotidienne dans les cafés, les souks, les places publiques, les harems ou les mosquées. Il peint la plupart de ses œuvres une fois de retour dans son atelier : sa conception et son style académique ne s’accordent pas en effet avec le principe d’une peinture de plein-air réalisée sur le vif, prônée par ses contemporains impressionnistes. Les œuvres de Gérôme demeurent le fruit d’une genèse méticuleuse : ses esquisses prises sur le vif sont suivies d’études soigneuses des personnages, qui sont ensuite transposés dans le tableau final. Chaque figure doit être ainsi considérée comme se suffisant à elle-même, comme en témoigne notre tableau.

Celui-ci est préparatoire à l’œuvre A vendre, Esclaves au Caire, conservée au musée de Roubaix. Gérôme s’est ici attaché à rendre toute la beauté du profil de cette jeune esclave dans son dépouillement, sa simplicité. Son port de tête est rehaussé par le collier d’esclavage, tandis que la tâche rouge introduite par les fleurs piquées dans sa chevelure souligne les chaudes nuances de sa carnation.

Mentions légales
Andlauer Hof | Münsterplatz 17 | 4051 Basel | Suisse | Tél +41 61 681 35 35 | Fax +41 61 681 75 70