La cascade - Hubert Robert

La cascade

Hubert ROBERT
(Paris 1733 - id. 1808)

Huile sur panneau
H. 0,21 m ; L. 0,24 m
Deux étiquettes manuscrites au verso : Exposition / « Three French Reigns » / Londres 1933, n°16 ; Exposition Hubert Robert / Orangerie 1933-34 / n°30

Date : vers 1775

Provenance : Collection privée, France

Exposition : André Maurois, cat. exp. Three French Reigns. Louis XIV, XV and XVI, Londres, 1933, no. 16. Pierre de Nolhac (éd.), cat. exp. Hubert Robert. Exposition à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, Paris, musée de l’Orangerie, décembre 1933 - février 1934, no. 30.

Cette vue d’une cascade vertigineuse est un exemple caractéristique de la vision idyllique et pastorale d’Hubert Robert, et une parfaite illustration de l\\\'importante source d\\\'inspiration créatrice que représente pour l’artiste le site de Tivoli, à une trentaine de kilomètres de Rome. Les nombreuses cascades rustiques que l’on retrouve dans son œuvre proviennent toutes des études et des souvenirs rapportés par lui de ces chutes. Pendant l\\\'été 1760, Hubert Robert séjourne, avec l\\\'abbé de Saint-Non et Fragonard, à la Villa d\\\'Este à Tivoli et les artistes travaillent à des études en plein air.
Dans notre tableau, un château d’inspiration moyenâgeuse perché sur le piton rocheux à gauche, remplace la colonnade ronde du temple de la Sybille de Tivoli. Un pont de bois permet l’accès au château depuis l’autre rive, et les petits personnages qui s’y dirigent accentuent la grandeur impressionnante du site. Plusieurs personnages de tiennent en bas de la cascade et deux jeunes hommes se sont installés pour dessiner sur le motif ; souvenir sans doute des jours d’été en Italie passés avec son ami Fragonard à travailler dans la nature. Les jeunes peintres étaient encouragés par Natoire, alors directeur de l’Académie de France à Rome, à faire des études de paysage en plein air.
Hubert Robert combine dans sa production artistique - vues de paysages, de villes ou de monuments isolés, de ruines réelles ou imaginaires - les études d’après nature et les paysages de caprice. Ses tableaux, même ceux à sujet bien défini, conservent toujours un air de fantaisie poétique et un certain caractère vaporeux de l\\\'atmosphère. La touche libre et fluide et les riches empâtements employés dans ce tableau permettent une datation vers 1775.


Mentions légales
Andlauer Hof | Münsterplatz 17 | 4051 Basel | Suisse | Tél +41 61 681 35 35 | Fax +41 61 681 75 70