Peter Christian Skovgaard appuyé contre un muret dans une étable - Johan Thomas Lundbye

Peter Christian Skovgaard appuyé contre un muret dans une étable

Johan Thomas LUNDBYE
(Kalundborg 1818 - Bedsted 1848)

Huile sur papier marouflé sur toile
H. 0,34 m ; L. 0,28 m
Situé, daté et signé avec monogramme en bas à droite : Veiby Juny 1843 TL

Date : 1843

Provenance : Baron Stampe, Nysø (1895)
Vente de la collection du Consul Général Johan Hansen, partie 9, Winkel & Magnussen 139, 1933 n° 113, reproduit p. 17
Collection privée, Danemark

Exposition : Thorvaldsen\'s Museum, Johan Thomas Lundbye 1818-1848 ... at male det kjære Danmark, 1994, n° 43, reproduit p. 66 et mentionné p. 67 avec un passage du journal de Lundbye daté du 15 mai 1844 (Madsen, 1949, p 182): \"Cela m\'a amusé de peindre le bois exactement comme je l\\\'ai vu ... Les poutres de la grange portent des marques après les boulons, comme si elles venaient d’un navire en bois. Ainsi, je les ai peints comme ça. Peut-être que cela était juste un coup de tête ou peut-être que cela m\\\'amusait de penser que ces poutres ont autrefois labouré la mer, et peut-être été loin autour du monde avant d\\\'être mis au repos dans une ferme de Zélande.\"

Bibliographie : Carl Madsen, Johan Thomas Lundbye, 1818-1848, Copenhague, 1949, p. 182, n°143.

Œuvres en rapport : Dans l’étable, huile sur papier marouflé sur carton, H. 0,20 m ; H. 0,30 m. ; signé avec un monogramme et daté Veiby 1. Pintsedag (dimanche de Pentecôte) 4. Juny 1843; Lot 73 , Bruun Rasmussen, 27 novembre 2012 (Madsen, 1949, n°139).
Notre huile sur papier et Dans l’étable sont des études pour le tableau Deux veaux dans une étable, conservé au Musée de Aarhus au Danemark (Madsen, 1949, n°165).

Considéré dès son vivant comme le principal paysagiste romantique danois, Lundbye semble avoir échappé à l’influence d’Eckersberg. Dès l’âge de 12 ans, il suit un enseignement de dessin auprès de Johan Ludwig Lund, qui avait été proche de Caspar David Friedrich et des Nazaréens allemands de Rome. Par la suite, il est l’élève du peintre animalier Christian Holm. Admis à l’Académie de Copenhague en 1833, Lundbye se lie d’amitié avec Thorald Laessøe et Peter Christian Skovgaard. Dans ces années-là, le style et le sens du coloris de Christen Købke exercent une influence déterminante sur lui. Par la suite, le paysagiste norvégien Johan Christian Dahl le marque probablement davantage.
En 1835, il débuta à l’exposition de Charlottenborg. On considère qu’il atteignit sa maturité artistique vers 1838. En 1842, il commence à suivre les conférences de l’historien d’art N.L. Høyen. De même, il se rend à l’église de Vartov pour écouter prêcher N.F.S. Grundtvig et demeure influencé par leurs idées romantiques nationalistes durant quelques années, avant de prendre ses distances.
En 1845, il reçoit une bourse de voyage de l’Académie et se rend à Rome, mais ce voyage ne semble pas avoir été d’une grande importance pour son œuvre. Bien qu’attiré par le courant nazaréen, il ne s’arrête pas à Munich, et n’entreprit d’ailleurs jamais de voyage à Dresde, capitale du romantisme friedrichien.
Lorsque la guerre du Schleswig-Holstein éclata en 1848, Lundbye se porta volontaire. Il mourut officiellement d’une balle perdue mais il s’agissait peut-être d’un suicide.

En été 1843, Lundbye passa deux mois avec son ami Skovgaard à Vejby, dans le Nord de la Sealand. Notre tableau représentant son ami de manière informel créant une atmosphère intimiste en utilisant les lignes droites dans un jeu perspectif fermé et en employant une gamme de tons chauds et dorés.

Mentions légales
Andlauer Hof | Münsterplatz 17 | 4051 Basel | Suisse | Tél +41 61 681 35 35 | Fax +41 61 681 75 70